HYMNAL

Pédagogue et récitaliste

vue des claviers

photo : JP Drapeau

La formation des organistes


Félix Moreau a toujours attaché beaucoup d’importance à la formation des organistes liturgiques et c’est ce qui le conduira à développer des stages d’orgue liturgique, destinés aux enfants comme aux adultes, un peu partout en France et, plus tard au Canada.

 


C’est en 1959 que l’ère des " stages " pour les organistes débute, organisés au départ à Besançon par le Père Gabet, puis sous la houlette de l’Abbé Legrand, à Saint Briac en Bretagne. A l’époque, il s’agissait plus de " camps musicaux " que de stages tels que nous les connaissons aujourd’hui, mais c’était déjà bien car les classes d’orgue ne répondaient pas à ce type de demande et les organistes avaient souvent de la peine à s'y former. La partie liturgie n’était pas enseignée dans les conservatoires – exception faite de celui de Paris où il y avait une épreuve de grégorien qui comportait une harmonisation dans le style du plain-chant sur un thème grégorien puis une improvisation en contrepoint sur ce même thème. A Rennes, le Père Legrand, organiste de la cathédrale, décide de réunir plusieurs jeunes organistes et d’essayer de leur offrir une pédagogie adaptée à leurs besoins. La même chose se passe en Vendée avec l’Abbé Abel Gaborit et Félix Moreau.

Tous se tournent vers Jean Bonfils (élève de Marcel Dupré et suppléant d’Olivier Messiaen à l'église de La Trinité à Paris) et Noëlie Pierront (elle aussi élève de Dupré mais également d’Eugène Gigout et d’André Marchal, et organiste à Saint-Pierre du Gros Caillou), pour donner le jour à un outil de travail efficace : une méthode de clavier puis une méthode d’orgue qui seront utilisées dans les stages mais qui aussi permettent aux jeunes organistes de progresser toute l’année à leur rythme. Il y aura 6 volumes au total : 4 pour l’étude du clavier et 2 pour celle de l’orgue.

En Vendée, les stages ont d’abord lieu au château de La Flocelière. Les élèves viennent de tous les coins de la région et de plus en plus d’organistes s’intéressent aux stages – les Abbés Pierre Podevin et Mesmacques viendront même d’Arras pour observer le déroulement de ces stages et les importer dans le nord de la France. C’est à cette époque qu’est crée l’A.N.F.O.L. (Association Nationale pour la Formation des Organistes Liturgiques) ; Félix Moreau en sera le premier président élu.

Claude Tessier, président de l’Action Musicale Liturgique (A.M.L.) au Canada fera aussi le déplacement à La Flocelière, ce qui deviendra une collaboration fructueuse puisque, mandaté par l'A.N.F.O.L., Félix Moreau se rendra pendant six années successives au Québec pour organiser des stages d’orgue (Sainte Anne de la Pocatière, Cap Rouge, Rigaud, Sherbrooke…). Il donnera aussi plusieurs récitals : à la Basilique des Saints-Martyrs de Québec, à l’Oratoire Saint-Joseph de Montréal sur le gigantesque orgue Von Beckerat de cette église, à Saint Pascal de Kamouraska, à l'Immaculé Conception de Montréal et dans bien d’autres endroits.

Lorsque le château de la Flocelière est mis en vente par l’Evêché, il devient nécessaire de trouver d’autres lieux d’accueil pour les stagiaires ; ce seront successivement le Grand Séminaire de Luçon, puis le Séminaire Jean XXIII des Herbiers et enfin l’Internat Sainte-Marie de Chavagnes-en-Paillers où les stages se déroulent encore à ce jour pour la Vendée.

Egalement, Félix Moreau enseignera l’orgue et l’écriture au C.N.R. d’Angers (49). Il sera encore, avec Marie-Thérèse Jehan, son élève, professeur d’orgue et d'écriture à l’E.N.M. de Saint-Nazaire (44), de même qu'au Centre de Musique Sacrée de Rennes.



Le récitaliste

la tribune et l'orgue

photo : JP Drapeau


En tant que récitaliste, Félix Moreau s’est produit en France (Paris et province) et à l’étranger (Allemagne, Angleterre, Suisse, Italie, Amérique du Nord).

Pierre COCHEREAU, dont il était l’ami, l’a invité plusieurs fois à Notre-Dame de Paris. Il a donné des récitals à l’ORTF.

Il a participé à plusieurs festivals en France, en Allemagne, en Suisse, en Italie, au Canada et a inauguré plus de cent instruments